Page content

Présentation Des Systèmes Hydroponiques De La Marijuana

i love marijuana hydroponique

Lorsque vous envisagerez le type de système de culture permanente, vous entendrez beaucoup de choses au sujet des systèmes hydrauliques et des cultures hydroponiques. Le terme « hydroponique » veut littéralement dire « énergie de l’eau » et fait référence à un mode spécifique du métabolisme selon lequel une plante absorbe tous les nutriments à travers un milieu de culture hors sol. Au cours des 20 dernières années, les avancées en matière d’hydro-technologie ont permis aux producteurs de créer des lits de culture à partir de tout et n’importe quoi, des corbeilles en plastique en passant par les blocs d’isolation faits de laine de roche.

Pour prospérer, la marijuana n’a besoin que: d’eau, de lumière, d’oxygène, de nutriments et de dioxyde de carbone. Mettre une graine dans une parcelle de terre est une manière éprouvée et efficace de répondre à ces besoins, mais cela ne signifie pas que c’est la méthode la plus efficiente. Le principe de base qui réside dans la culture hydroponique est qu’une plante n’ayant pas besoin  de dépenser son énergie à chercher des nutriments dans la terre, allouera ses ressources à la production de fruits et de feuilles. Plutôt que de compter sur les engrais pour s’assurer que les plantes ont les nutriments dont elles ont besoin pour s’épanouir, les cultivateurs hydroponiques créent des solutions nutritives qui seront directement inculquées au système racinaire.

 

 

Comme les plantes de marijuana peuvent utiliser les nutriments dès qu’elles les absorbent, le cannabis pousse très rapidement dans les jardins hors-sol. Cependant, les systèmes hydroponiques requièrent un haut niveau de recherche, d’entretien et d’investissement global. Ils peuvent également être impitoyables quant aux erreurs que vous pourrez lors de votre apprentissage.

Personnellement, j’ai trouvé que le meilleur moyen d’être un cultivateur individuel et autonome, était de revenir à l’essentiel -  ramassez vos graines et préparez-vous à vous salir les mains. Cependant votre mode d’emploi « comment faire pousser » serait incomplet sans une section sur la culture hydroponique. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des différentes méthodes de la culture hydroponique. Avant de vous décider à mettre en place une culture hors-sol, consultez vos fournisseurs locaux pour vous assurer que vous ayez les ressources et l’espace nécessaires à la mise en place d’une telle culture.

 

 

Cing systèmes hors-sol

Généralement, les systèmes hydroponiques consomment moins d’eau que les systèmes de culture à base de sol. Mais si vous mettez en place un système hydraulique, vous devrez faire face à tous les couts engendrés par la construction d’un environnement de culture d’intérieur. De plus il se peut que vous dépenserez plus pour les engrais et les milieux de culture. Les mélanges de solution nutritive seront un plus, mais leur prix sera également justifié. Heureusement, la culture hydroponique récréative a décollé durant les 10 dernières années et de nombreux fournisseurs en ligne offrent de tout à des prix compétitifs : du matériel aux systèmes hors-sol complets. Mais avant de dépenser quoi que ce soir, vous aurez sûrement envie d’avoir une connaissance basique du vocabulaire hydroponique pour acheter intelligemment.

 

 

La culture en eau profonde – Deep Water Culture (DWC)

C’est l’un des systèmes les plus faciles à construire et à entretenir. Le coût d’investissement est minime, est la règle est : une unité par plante. Dans sa forme la plus basique, le DWC se compose de 3 parties. La première est un réservoir de lumière scellé dans lequel la solution nutritive est stockée (la protection contre la lumière empêche les algues et autres impuretés de grandir et de polluer la solution). La seconde partie est habituellement un petit seau ou un filet garni d’un support de culture (laine de roche, perlite etc.) suspendu à la solution nutritive. Imaginez-vous un seau de 22,5L avec un panier rempli de perlite suspendu au couvercle. Il est vital que la seconde partie soit faite de filet ou de matériau poreux pour que les racines puissent croitre vers la solution nutritive sans être oppressées. Enfin la dernière partie est un diffuseur d’air placé dans la solution nutritive. On peut trouver des diffuseurs d’air dans tout magasin spécialisé pour animaux près des aquariums. Utilisés dans les aquariums, ces diffuseurs rejettent naturellement de l’oxygène dans toute solution aqueuse.


 

Les systèmes DWC sont hydroponiques au plus fondamental. L’avantage est que vos pantes auront accès facilement et abondamment aux nutriments. Mais les dangers arrivent lorsque l’eau stagne. Gardez un œil sur les racines qui pourrissent ou les parasites qui peuvent prospérer dans une eau riche en nutriments. Assurez-vous que chaque conteneur est isolé de la lumière pour empêcher le développement des algues.

 

L’alimentation par le haut

Semblable à la culture en eau profonde, les systèmes hydrauliques d’alimentation par le haut sont simples à installer et à entretenir. Comme précédemment, un réservoir contenant la solution nutritive est placé en dessous d’un conteneur poreux contenant la plante. La plante croît dans un milieu hors-sol et un tuyau est placé à la base de la tige. Ce tuyau est relié par l’intermédiaire d’une pompe à la solution nutritive. Une minuterie actionne la pompe plusieurs fois par jour et la solution s’écoule sur le système racinaire. Parallèlement, tout ce qui n’est pas absorbé passe à travers la matière poreuse et le support de culture et est collecté dans le réservoir. Comparez-le à une fontaine pour votre plante en pot. L’avantage des plantes alimentées par le haut est qu’elles sont faciles à entretenir et fiables. Vous avez la possibilité d’acheter une unité par plante ou d’acheter des pots capables de loger plusieurs plantes. Cependant votre investissement sera plus élevé qu’avec le système précédent, et si votre pompe se brise, vous devez réagir rapidement pour que vos racines ne s’assèchent pas et ne meurent pas.

 

 

 

Flux et reflux / inondation et drainage

Le nom en dit beaucoup, le système de flux et reflux implique que les racines des plantes soient plongées dans la solution nutritive pendant un certain temps, puis leur drainage, et ce plusieurs fois par jour. La plupart des systèmes requièrent une couche ou un lit étanche supportant plusieurs plantes qui prendraient racine des blocs de laine de roche (ou d’un tout autre milieu de culture). Semblablement au système d’alimentation par le haut, l’avantage du flux et reflux est qu’il n’y a pas d’eau stagnante (engendrant la pourriture des racines, l’infestation des parasites …). Les inconvénients viennent d’un plus gros investissement et d’une exposition multiple. En effet ces systèmes sont conçus pour faire pousser plusieurs plantes à la fois. Si votre solution doit être légèrement ajustée, ou si un parasite a infecté l’eau, vous en perdrez plusieurs à la fois.

 

 

Film nutritive / technique de flux (NFT)

 

Efficace mais ayant besoin d’équipement, cette technique de culture hydroponique utilise des tapis capillaires comme milieu de culture pour relier les racines à la solution nutritive. La plupart de ces plantes sont germées normalement, mais les jeunes plants sont alors en suspens pour que les racines puissent entrer dans une chambre servant de couche entre le réservoir de la solution et les plantes qui grandissent. Le fond de la chambre est recouvert de tapis capillaires qui sont eux recouverts de d’un flux constant de solution nutritive grâce à une pompe relié au réservoir du dessous. Ces tapis sont la clé du système et un outil de croissance à garder même si vous ne faites pas de culture hydroponique. Les tapis capillaires sont fait d’un matériau extrêmement poreux qui absorbe l’eau rapidement mais dissipe le liquide à un rythme beaucoup plus lent et constant. L’avantage de ce système est que l’exposition des racines au liquide est régulée (pour éviter toute inondation) mais permet quand même un accès à la solution nutritive 7j/7, 24h/24. Malheureusement, avec plus de composants à entretenir et plus d’équipements à acheter, ce système requière un plus grand investissement de la part des cultivateurs au niveau de leur temps et de leur énergie.

 

 

Aéroponie et brumisation

L’aéroponie et la brumisation peuvent faire de merveilleuses récoltes, mais ce résultat nécessite beaucoup de temps, d’efforts et d’expertise. La plupart des installations aéroponiques doivent être situées dans un environnement ayant près de 100% d’humidité constamment. Les plantes sont germées et accrochées à des milieux de culture (paniers de laine de roche ou des boules d’argiles agrandies). Puis alors que les racines grandissent, elles ne peuvent aller que vers le bas. La solution nutritive est vaporisée directement sur les racines grâce à un système de vaporisation chronométré. La clé de ce système est que tout ce qu’il se trouve sous la tige (c’est-à-dire tout ce qui ne sortirait normalement pas du sol) est suspendu dans un environnement scellé dans lequel la solution nutritive  repose et dans lequel le système de vaporisation a directement accès aux racines.

 

 

La brumisation génère beaucoup d’humidité du réservoir et tout ce qui n’est pas absorbé par les racines circule dans un environnement artificiel. Les problèmes apparaissent lorsque les racines qui poussent rapidement prennent le pas sur les plus petites racines, engendrant des déséquilibres. De plus les systèmes de vaporisation autonomes sont coûteux et peuvent se casser facilement. Le sel de la solution nutritive peut causer des problèmes à la douille. En cas de problème vous devez ouvrir entièrement le système et vous risquez d’assécher vos plantes. En général la culture aéroponique est un système performant (la NASA et Disney utilisent cette technique pour produire des vivres), mais il n’est peut-être pas le meilleur pour les plus petits cultivateurs dont le but est de cultiver sa propre herbe.

La solution nutritive

Le challenge majeur dans la culture hydroponique est de savoir comment vous allez délivrer les nutriments à vos plantes. Heureusement, les besoins de la marijuana ne varient pas en fonction de si vous la cultivez dans la terre, le sable ou dans une solution. De manière générale, faire une solution nutritive est assez simple – la plupart des fournisseurs hydroponiques vendent des solutions déjà mixées ne nécessitant que de l’eau. Mais puisque vous avez affaire directement à l’absorption racinaire, vous devrez faire attention à l’équilibre du pH de votre solution plus souvent que si vous cultivez en terre.

 

 

Parce que la marijuana grandira plus rapidement dans une solution hydraulique, les conséquences d’une solution déséquilibrée auront un impact plus immédiat que si vous cultiviez en terre. La marijuana aime grandir dans un milieu de culture légèrement acide. Vous allez devoir tester votre eau, puis votre solution mixée chaque jour, et plus particulièrement avant de la donner à votre culture. La plupart des producteurs recommandent de garder un pH variant entre 5,5 et 6,8 ; l’idéal serait d’environ 6,15. Si vous trouvez que votre solution est trop acide ou trop basique vous pouvez facilement acheter des produits faits pour accroître ou réduire les niveaux de pH de votre plante sans qu’il n’y ait d’effets indésirables.

 

Pour aller plus loin

 

La culture hydroponique nécessite une attention particulière et une disponibilité quasi constante (en cas de problème). Avant de vous décider à investir, poser vous quelques questions pour savoir si ce type de culture est fait pour vous :

- avez-vous assez d’espace pour une chambre dédiée à la culture qui nécessitera un flot constant d’eau ?

- êtes-vous prêts à payer une facture d’électricité plus élevée due aux lampes de culture, l’eau chauffée et les équipements (minuteries, pompes etc) ?

- Y a-t-il des fournisseurs à proximité chez qui vous pouvez vous réapprovisionner en cas de problème, ou êtes-vous dépendants des fournisseurs en ligne ?

- êtes-vous prêts à faire attention aux petits détails quotidiennement (équilibre du pH, niveaux d’eau déséquilibres nutritifs etc) ?

- à quel point vous êtes-vous informés sur le type de culture que vous avez choisi ? avez-vous un plan B en cas de problème ?

 

 

Dans le passé, la plupart des producteurs hydroponiques étaient commercialisés. Des systèmes élaborés ont été mis en place et entretenus afin de faire de grandes cultures qui pouvaient être récoltées et vendues à profit. Mais durant les 10 dernières années, la culture hydroponique est devenue un hobby pour les jardiniers cultivant de tout, des herbes aux tomates. Des kits complets pour des cultivateurs indépendants sont vendus dans quasiment chaque magasin spécialisé en jardinerie aux Etats-Unis. Si vous n’avez jamais fait pousser de l’herbe auparavant, la terre pourrait être le meilleur moyen de commencer à apprendre les tenants et aboutissants de la culture de la marijuana. Si vous avez déjà cultivé quelques plantes et que vous vous sentiez confiant, alors la culture hydroponique pourrait être la prochaine étape pour vous.

Robert

 

Comment Section

0 réflexions sur “Présentation Des Systèmes Hydroponiques De La Marijuana

Laisser un commentaire


*