Page content

Choisissez Votre Souche De Marijuana – Sativa, Indica Ou Ruderalis

Dans cet article nous aborderons:

Le cannabis a été cultivé pour fumer ou manger à des buts médicaux, et dans le but d’altérer la perception qu’à l’utilisateur du monde autour de lui depuis 2800 ans avant JC, d’après la Chambre de l’Agriculture des Etats-Unis (=USDA) ( 7000 ans avant JC si vous croyez certaines autorités accréditées sur la marijuana)

L’USDA met dans  le même panier toutes les variétés de plants produisant du THC sous le nom commun de Cannabis. Sous ce titre, l’agence liste seulement deux sous catégories de cannabis : le chanvre et la marijuana.

Chanvre

Le chanvre (Cannabis ruderalis), qu’ils appellent “herbe abandonnée” est une sous-espèce définie par sa fibre de corde à grande valeur commerciale dérivée des tiges des plants matures mâles. Le chanvre était une culture de rente aux Etats-Unis avant le passage du Marihuana Tax Act en 1937, partiellement car les herbes abandonnées peuvent pousser sauvagement là où le climat en hiver le gèle pas les sols et tue les graines. Sellons la USDA, les « herbes abandonnées » ont un contenu en THC faible et ne valent pas le coup d’être fumer.

Ca se voit que les experts qui ont écrit ce rapport n’étaient pas des cultivateurs d’herbes car un élagage judicieux est une technique qui a toujours été utilisé pour augmenter le contenu en THC des plants. (Ma théorie est que, comme des huiles produites par les herbes à chats et autres feuilles de menthe, le THC est un répulsif à insecte dont la concentration est augmentée dans les tissus des plants en réponse à des attaques perçues). Un plant qui pousse jusqu’à la maturité sans attention produira la fleur ou le bourgeon de son genre, mais s’il n’a pas été mangé par les insectes – ou judicieusement élagué – juste assez pour le rendre plus fort, mais sans retarder sa croissance, ses bourgeons seront miteux et probablement pas très puissant

Le chanvre poussant dans un fossé d’autoroute dans le sud de l’Indiana, par exemple, a des conditions idéales pour pousser énormément et maximiser la distance à laquelle le pollen et les graines peuvent se répandre, et court probablement de légers risques de la part des mangeurs de plant. Il poussera donc grand et fort, mais il ne produira pas beaucoup de branches qui donneront à leurs tours  beaucoup de feuilles et de bourgeons, et il aura peu ou pas besoin de se protéger des prédateurs en augmentant ses niveaux de THC dans ses tissus. Mais si la même soit disant herbe abandonnée venait à pousser du germe à la maturité avec un élagage attentionné, de l’eau à foison et de la nourriture occasionnelle, elle pousserait en une récolte touffue et puissante, prête à être fumée !

Plants male

-          Généralement plus grand avec une structure moins touffue

-          Une production de THC moins élevée comparé aux femelles

-          Les structures reproductrices murissent plus tôt que leurs homologues féminins. Ces organes apparaissent en premier comme de petits appendices protubérants sur la tige de la jonction où une nouvelle branche est en train de se former. Quand le plant murie, ces organes se transforment en fleurs en forme d’œufs blancs/ verts appelés sac de pollen. Une fois ouverts, les étamines recouvertes de pollen pendent de ces sacs. La gravité aide à distribuer le pollen sur les plants femelles plus petits, poussant sous les plants mâles.


Plants femelles

-          Plus courts et plus touffus que leurs homologues mâles.

-          Production plus élevée de THC (surtout au moment de la floraison)

-          Les structures reproductrices apparaissent en premier, comme des bosses, sur la tige principale à la jonction avec les nouvelles feuilles. Ces bosses (appelées calyx) développent une forme de goutte d’eau. Deux poils crépu (pistils) poussent au sommet de chaque calyx et forment un « V ». Alors que la phase de floraison continue, plus de pistils vont germer de chaque calyx. Eventuellement, ces amas deviennent les « bourgeons » prisé du plan femelle.


Marijuana

Les autres sortes de cannabis reconnues par le gouvernement des USA est ce qui a été légalement défini comme « marijuana » et qui ont été déclaré hors la loi par le 22 Marihuana Tax Act de 1937 et qui a été classé pendant près de quatre décennies dans la même catégorie légale que le crack, le PCP et l’héroïne. Partout dans le monde, d’une catégorie ou d’une autre, le cannabis était cultivé pour l’utilisation en tant que marijuana par Georges Washington, Thomas Jefferson et Benjamin Franklin pour ne nommer que certains des grands esprits qui fumaient de l’herbe.  C’était un médicament de base et une drogue de divertissement déjà connue de la plupart des immigrants qui arrivaient au nouveau monde en venant d’Asie, d’Inde, de chine ou d’Afrique.

Dans la classification plus large du terme “marijuana”, il y a plusieurs types d’espèces différentes, mais les cultivateurs devraient être inquiets des deux plus grosses catégories de souches de « marijuana » sur le marché : Cannabis indica et Cannabis sativa.

Les cultivateurs individuels peuvent offrir plusieurs espèces différentes de marijuana, mais

la plupart de celles-ci seront des groupes plus larges de indica et sativa ( par exemple, seulement une petite sélection de cultivateurs distinguerons le Cannabis afghanica  de la souche indica à laquelle elle appartient).

Cannabis indica
Les origines de l’Indica viennent des pays comme le Tibet, l’Afghanistan, le Kashmir et le Marox, des pays où la production de hash (une pâte contenant du THC faite à partir des feuilles de marijuana rafinées) et de kif (une poudre contenant du THC elle aussi faite à partir de marijuana) est une longue tradition. Les Indicas sont généralement des plants courts entre 90 et 180 cm de haut avec de larges feuillers et souvent un feuillage dense qui est vert-bleu foncé, parfois avec une nuance de violet. Lorsque les plants d’Indica murissent, ses feuilles peuvent devenir de plus en plus violettes et les bourgeons peuvent devenir épais et dense.

Les Indicas sont des plants à forte odeur, avec un gout et une odeur de « pourri ».  Fumer de l’Indica entraine généralement des effets défonçant, hypnotisant, relaxant. Les souches les plus connu d’Indica comprennent l’Afghan, le Durban Poison, le Skunk, le Papaya, et le Hindu Kush.

Cannabis sativa
Les Sativas sont originaire du Mexique, d’Asie du sud, de Thaïlande et de Colombie mais bien qu’ils soient originaire d’un environnement tropical, les plants ont prouvé leur résistance au climat froid, survivant même lorsqu’ils étaient recouverts de neige. Les plants de sativa sont grands et élancé, généralement entre 240 et 365 cm. Vous pourriez dire qu’un Sativa est l’opposé d’un Indica, étant fin, avec des feuillets plus étroites qu’un Indica, et  d’un vert plus clair. Les bourgeons d’un Sativa deviennent rouges en murissant dans un environnement chaud et peuvent tourner au violet en murissant dans un environnement froid. Certaines variétés de Sativa peuvent même avoir des pigments jaunes  (« or »).  Les plants de Sativa ont une odeur très plaisante, épicée, sucrée, et fruitée, s’ils sont en bonne santé et la défonce est cérébrale et énergique, presque comme des amphétamines. Les souches populaires de Sativa sont  California Orange Bud, Ice, Super lie, Blue Berry, Swazi, Jack Herer, et Maui Waui.

Les préjudices étant les mêmes qu’au début des années 1900, le cannabis a été associé avec des immigrants non-caucasien, et le plant fut aussi victime de racisme. La Californie a été la première a déclaré hors la loi la marijuana en 1913, parce qu’une majorité pensait que le nombre croissant d’enfants blancs qui consommaient de la marijuana était influencé négativement pas les minorités des castes moins aisés qui le cultivait. C’était intolérable dans les cercles raffinés, donc les politiciens tentèrent d’apaiser leurs contributeurs préférés de campagne de la seule manière qu’ils le pouvaient, c’est-à-dire en légiférant l’interdiction de la marijuana.

Evidemment, cela ne marcha pas plus que cela a fonctionné depuis. Une demande insatiable – incitée par la rébellion, car traditionnellement les Américains ne prennent pas très bien qu’on leur interdise quelque chose – et parfois une marge de profit obscène créa une nouvelle frontière pour les cultivateurs – botanistes high-tech. Au milieu des années 1970, vous pouviez acheter un sac de bourgeons avec des noms comme Acapulco Gold, Maui Wowie, et Sinsemilla, et la course à la création de nouvelles souches commença. Aujourd’hui, il y a assez de souches de cannabis à but récréationnel ou médical pour remplir un album photo, avec une grande diversité d’effets mentaux, et même de gouts et d’odeurs pour convenir aux différents gouts et humeurs.

Robert

Comment Section

Une réflexion sur “Choisissez Votre Souche De Marijuana – Sativa, Indica Ou Ruderalis


De Sandy sur 27 août 2015

That's a smart answer to a tricky qutsieon

Laisser un commentaire


*